Le rire de Baptiste* éclaboussant le ciel

Si mon âme en partant

Chanson d’Anne Sylvestre qui nous a quitté le 30 novembre, à 86 ans..

*Baptiste, petit-fils d’Anne Sylvestre, musicien assassiné au Bataclan en 2015.

Si mon âme en partant ne peut, dans ses bagages,
Emporter la douceur d’une soirée de mai
S’il lui faut oublier qu’existèrent jamais
Les algues, les cailloux ramassés sur les plages
Ne pourrait-elle au moins sauver quelques nuages ?
De ceux qui couronnaient Sainte-Rose-du-Nord
Ou bien les étendues de colza jaune d’or
Que Clémence, à trois ans, saluait au passage

Si mon âme en partant, soudain se retrouvait
Orpheline de tout ce qui l’émerveillait
Je mourrais
À regret

Si mon âme en partant doit laisser sur la rive

Le parfum de la terre après les giboulées
Ou celui d’une ville au bitume lavé
Quand, au petit matin, les balayeuses arrivent
Ne peut-elle emporter cette fragrance vive
Du jasmin qui poussait au Jardin de Tassin
L’odeur de tel matou aux relents assassins
Ou l’étrange senteur des amours en dérive ?

Si mon âme en partant, soudain se retrouvait
Orpheline de tout ce qui l’émerveillait
Je mourrais
À regret

Si mon âme en faisant son ultime balade
Devait abandonner les chansons de marins
Et le frémissement des tambours africains
La morsure dorée des musiques nomades
Garderait-elle pas, comme une dérobade,

Le rire de Baptiste éclaboussant le ciel
Les larmes des pianos, les guitares fidèles
Et les saxos du jazz aux obscures glissades ?

Si mon âme en partant, soudain se retrouvait
Orpheline de tout ce qui l’émerveillait
Je mourrais
À regret

Si mon âme en fuyant doit oublier, sereine,
Les enfants de mon corps et ceux de mes chansons
Les fêtes célébrées dans certaines maisons
Notre-Dame de dos, couchée près de la Seine
S’il lui faut dépouiller l’amour avec la peine
Et ne rien ressentir, pas même le regret
De n’avoir pas été celle qu’on espérait
Mais juste le brouillon d’une autre si lointaine

Quand mon âme, en partant, depuis toujours saura
Qu’on y va sans bagages à ce rendez-vous-là
Croyez-moi
Elle reviendra !

Mort d'Anne Sylvestre : Son petit-fils talentueux, tué dans l'attentat du  Bataclan - Purepeople

Merci Anne pour toutes ces chansons que tu nous laisses et que j’ai tant écoutées, chantées, aimées.

Ce soir je me sens orpheline mais je garde au coeur et à l’âme tous ces magnifiques textes.

Alors MERCI !

J’espère que l’ âme d’Anne Sylvestre a retrouvé celle de son petit fils, Baptiste et qu’ils chantent et qu’ils rient ensemble en éclaboussant le ciel.