MARINE (Paul Verlaine)

Arbrealettres


MARINE

L’océan sonore
Palpite sous l’oeil
De la lune en deuil
Et palpite encore,

Tandis qu’un éclair
Brutal et sinistre
Fend le ciel de bistre
D’un long zigzag clair,

Et que chaque lame,
En bonds convulsifs
Parmi les récifs,
Va, vient, luit et clame,

Et qu’au firmament,
Où l’ouragan erre
Rugit le tonnerre
Formidablement.

(Paul Verlaine)

Illustration

Voir l’article original

2 commentaires sur « MARINE (Paul Verlaine) »

  1. Bonjour Jean-Louis, merci de ta visite, et merci à Arbrealettre pour ce poème. Je me réjouis d’être plus souvent à visiter ton blog. Je dois dire que je suis souvent dehors à jardiner et profiter du beau temps par crainte de nouvelles restrictions sanitaires. Ce sera un bonheur de visionner bientôt toutes les vidéos que tu as postées.
    Beau WE en opéra 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s