Tjikko

Old Tjikko (littéralement « vieux Tjikko ») est un épicéa commun vieux de 9 550 ans, situé sur la montagne de Fulufjället en Suède, dans le comté de Dalécarlie. Il s’agit de l’un des plus vieux arbres clonaux (arbres pouvant disposer de troncs multiples mais disposant d’un système racinaire commun) individuels au monde.

wikipedia

https://images.app.goo.gl/W4EU7d31NPxsuapj8

25/05/2022 Le parc zoologique de Paris (Vincennes)

takizakura

Miharu Takizakura (三春滝桜?, litt. « cerisier cascade de Miharu ») est un cerisier de Miharu, un bourg du district de Tamura (préfecture de Fukushima), dans le Nord du Japon. Ce cerisier pleureur serait âgé de plus de mille ans.

Miharu Takizakura (三春滝桜?, litt. « cerisier cascade de Miharu ») est un cerisier de Miharu, un bourg du district de Tamura (préfecture de Fukushima), dans le Nord du Japon. Ce cerisier pleureur serait âgé de plus de mille ans.

Wikipedia

Photo de Bagus Pangestu sur Pexels.com

GUERRE EN UKRAINE (Germain Droogenbroodt)

Quelle c… la guerre..

Arbrealettres


Photo Reuters

GUERRE EN UKRAINE

Ici les amandiers sont en fleurs
un enchantement pour l’œil
qui aime la beauté
bientôt les orangers aussi
répandront leur parfum envoûtant
mais autre part la guerre fait rage
et le regard ne perçoit que ravage
et souffrance humaine
là ne fleurit aucun bourgeon
étouffés qu’ils sont dans la fumée
d’une violence barbare.

*

DESPOTE

La nuit a assailli l’aurore
et détourné de la paix
la précieuse lumière.
Le silence se tait
couvert par les détonations, le fracas des canons
et le hurlement des sirènes.
Impassible face à la douleur
─ même celle de son propre peuple

*

COLOMBE DE LA PAIX

Il pleut.
il pleut de la tristesse
pour les victimes innocentes
pour la destruction d’un pays
pour l’ampleur de la violence meurtrière
affamée la tourterelle quitte
la protection de son arbre
un lacet semblable
à l’anneau noir autour de son cou.

(Germain Droogenbroodt)

Voir l’article original 3 mots de plus

girichoko

https://twnews.ch/ch-news/tradition-du-girichoko-la-saint-valentin-peut-virer-au-cauchemar-pour-les-japonaises

..🎁💞💕💗💘

14 février, les salariées doivent offrir du chocolat à leurs collègues masculins. Dans les entreprises, ce rituel tourne souvent au harcèlement moral. De quoi embarrasser les chocolatiers suisses.

Bernard Delattre – Tokyo

VOYAGE ET ERRANCE

Partir…

Tout l'opéra (ou presque)

Je vous ai présenté il n’y a guère le Voyage d’hiver (Der Winterreise) de SCHUBERT. On retrouve souvent le thème du voyage ou de l’errance dans l’opéra.

Schubert Winterreise ErstarrungCliquez sur la partition

Restons un moment avec Schubert qui a également écrit pour le piano une extraordinaire Wanderer Fantasie (Fantaisie du Voyageur).

Schubert Wander Fantasie (Pollini)Cliquez sur le voyageur observant la montagne au-dessus des nuages

Dès les débuts de l’opéra, on y voit passer un fameux voyageur, puisqu’Ulysse, victime du courroux de Poséidon, a erré pendant 10 ans avant de pouvoir rejoindre Ithaque, sa patrie où la fidèle Pénélope l’attendait. MONTEVERDI mettra en musique ce Retour d’Ulysse dans sa patrie en 1640.

Monteverdi Il ritorno d'Ulisse finalCliquez sur Pénélope et Ulysse enfin réunis après dix ans

WAGNER a mis en scène de grandes figures d’errants, à commencer en 1842 par celle du Hollandais volant (der Fliegende Holländer), qui reprend le thème…

Voir l’article original 300 mots de plus

Le balancier du ciel

Miroirs

Bonheur des yeux et du palais

Résultat d’images pour tapisseries picard le doux

Les miroirs de l’Univers
T’affolent
Multiplient les images
Multiplient les visages
Multiplient les échos.
Murmures
Chants
Cris
Hurlements
Ricanements

Ici
Là Là-bas
Les démons t’assaillent de tous côtés
Frappent tes yeux
Trompent tes sens
Tu bondis
Mais les miroirs bondissent avec toi
T’épient
T’interrogent

Combien sommes-nous ?
Assurément des milliers
Des millions
Multitude infinie
Un seul pourtant
Pour tenter d’échapper à ce piège diabolique
Ronde infernale

Un seul pour troubler l’eau des miroirs
Un seul à déchirer l’espace
De sauts désordonnés
Fuyant son reflet
Répété à l’infini

Arrête-toi
Calme ton souffle
Approche-toi du miroir
Lentement
Reste immobile
A la frontière
Toi et ces milliers d’autres
Confondus en un seul
Plus de reflet
Plus d’ombre
Rien qu’un miroir
Sphérique comme un soleil
Matrice de lumière

Eternité en suspension
Entre deux battements d’ailes
Attente d’une respiration
Appel d’une caresse
Pour réveiller la musique
Offrande au Prince
Don de son corps
A l’espace…

Voir l’article original 53 mots de plus

Kotatsu, table chauffante.

« Le kotatsu est le moyen traditionnel de se réchauffer au Japon. Composé d’une table basse sous laquelle se trouve un radiateur et d’une couverture recouvrant la table pour ne pas laisser échapper la chaleur, il permet de conserver les jambes bien au chaud. Il en existe plusieurs versions, la plus classique étant le « oki-gotatsu » (kotatsu posé) où la table basse est juste posée à même le sol et à laquelle il faut s’asseoir les jambes repliées ou allongées. Le « hori-gotatsu » (kotatsu creusé) dispose, lui, d’un espace libre sous la table pour pouvoir s’asseoir plus confortablement, comme sur une chaise. Récemment, est apparue une nouvelle version combinant le kotatsu avec une table haute et des chaises, le « dining kotatsu ». »

https://www.nippon.com/fr/features/jg00014/

Si tu le veux bien (Léon Randin)

« Le rêve n’est pas vain »

Arbrealettres


Si tu le veux bien

Si tu le veux bien, enfant aux yeux bleus,
Au front doux et pur, au sourire heureux,
Nous irons aux champs dans les grandes herbes,
Si tu le veux bien, enfant aux yeux bleus,
De mille bluets composer nos gerbes.

L’aurore paraît, la nuit fuit le jour,
Pour toi l’oiseau dit ses chansons d’amour,
Et la fleur s’éveille, ô ma douce amie.
L’aurore parait, la nuit fuit le jour,
Et toi seule encor restes endormie.

Je connais au bois de vrais coins charmants,
Tout frais… et cachés, faits pour les amants,
Comme le bon Dieu rarement parsème.
Je connais au bois de vrais coins charmants
Où l’on est heureux, où toujours l’on s’aime.

Et là nous irons la main dans la main,
Sans s’inquièter ni du lendemain,
Ni du monde vain qui jamais ne rêve.
Viens, là, nons irons la main dans la main,
Enivrés…

Voir l’article original 153 mots de plus