Douce symphonie.

Une écharpe d’iris fleurissait à mes yeux,
La beauté éphémère est une jeune nymphe
Éplorée, une fleur, c’est le sang et la lymphe
En exaltation — Un éclat radieux !

Les notes de la vie ont davantage hâlé
Le fil de nos carats, et des flots limpides
Resculptaient ta cambrure et l’été des sylphides
Auréolait ta grâce, un vertige épousé !

Mille pétales d’or éclaboussaient ton âme
Pérenne, une rivière en corps dénudé ! Femme
Vêtue en baiser d’Ô, un art si sensuel.

L’horizon extravague ainsi que mes pensées
Qui soufflent mes élans, des fougues aiguisées
Comme cette orchidée où brille l’arc-en-ciel

Résultat d’images pour orchidée

James Denis

Symphonie amoureuse

Les collections Ephélides – Poética, p 69

Publicités

Mémoire

Résultat d’images pour lignes lumières
Echo lointain
D’une ombre
Ou éclair furtif
D’une étincelle
Souvenir
Mais de quoi
Reconnaissance du futur
Tout me rappelle
Tout se rappelle
Là-bas les routes sont confondues
Les rails se rejoignent
Les aiguillages lumineux de la nuit
S’entrelacent à l’infini
Ils défilent
Se perdent
Tracent leur mouvance
Là-bas dans cet ailleurs
Se trouve leur repos
Leurs lignes réunies
Achèvent la spirale des jours

Tu l’entrevois (Robert Sabatier)

L’automne à notre porte.

Arbrealettres




Tu l’entrevois

Tu l’entrevois, la belle plénitude
avec sa corne et ses fruits échappés.

Nous avons bu les eaux de tant de sources,
de tant d’oiseaux nous avons bu le chant.

Sommes-nous là pour remercier le ciel
de ces présents que la terre a donnés ?

Nous célébrons de fades artifices
quand le miracle apparaît sous nos yeux.

Et ce miracle — ici tout est miracle —,
c’est que la vie allant de corps en corps

se perpétue au bord de ce cratère
où le feu vif ne brûle qu’au-dedans.

(Robert Sabatier)

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Editions: Albin Michel

View original post

Poème court 夢 Amour (V)

Un un mot doux sous les roses…

Synchronicités

Un pot aux roses –

Sous les pétales légers

Danse l’amour entre poudre et prose.

chapitre2

Une des explications de l’expression « découvrir le pot aux roses » :

« Cette expression date du XIIIe siècle. Le pot aux roses était, au Moyen Âge, une boîte contenant le fard à joue des femmes fortunées. Elles y glissaient bien souvent des petits mots doux secrets à l’intérieur pour qu’on ne les trouve pas. » – L’intern@ute

Crédit photo : http://beautyforbrekkie.com/2016/05/laduree-rose-petal-blush-haul/

View original post

Hiroshige (1797-1858)

-Maître, et celui-là, c’est vous qui l’avez illustré?

Résultat d’images pour hirishigé estampe
-Oui, c’est bien moi, mais laisse-moi, j’ai du travail.
-Mais pourquoi ne l’avez-vous pas signé du même nom?
-Tu sais si je devais faire le compte de tous les noms sous lesquels j’ai signé, la matinée serait finie et je n’aurais pas avancé. Un artiste comme moi change de nom chaque fois qu’il aborde une nouvelle période de sa vie ou qu’il change sa manière de peindre ou de dessiner.

Chaque période de ma vie était comme une nouvelle naissance, c’est pourquoi j’ai adopté tant de signatures.

« Le vieux fou de dessins ». (François Place)

Note publique d’information :

Dessinateur, graveur, peintre, illustrateur, de son vrai nom, Andō Tokutarō. – Fils d’un certain Andô Jûemon ; il étudie l’art de l’estampe avec Utagawa Toyohiro (1774-1829) ; il adopte le nom d’Hiroshige composé en partie de celui de Toyohiro et utilise aussi de nombreux autres pseudonymes.

Un garçon et son amie (Henri Gougaud)

Coquin…

Arbrealettres


Illustration: Giovanni Segantini

Un garçon et son amie se promenaient sur la rive.
Leurs cœurs battaient en secret.
Mille soleils amoureux jouaient avec l’eau du fleuve.

Le garçon ne disait rien,
la fille guettait des anges entre la terre et le ciel.

Passant le long des roseaux il brisa un rameau vert,
l’aiguisa du bout de l’ongle.

– Qu’en feras-tu ? lui dit-elle.

Le garçon, d’un coup menu, lui piqua la fesse gauche.

Elle poussa un cri d’oiseau, se laissa tomber dans l’herbe.
– Viens, dit-elle.
Baise-moi.

Qui eut envie le premier ?
Qui des deux désira l’autre ?
Lui sur elle, elle sur lui,
qui fut roi, qui fut mendiant ?

Tu poses trop de questions.
Du pieu raide ou de la grotte,
qui t’a fait comme tu es ?

(Henri Gougaud)

Recueil: Le Livre des amours : Contes de l’envie d’elle et du désir de lui
Editions: Seuil

View original post

Tashi delek *

Ce week-end célébration du 40 ème anniversaire du centre tibétain du Mont Pèlerin, au-dessus de Vevey.

 

Rabten Choeling

 

* « bénédictions et bonne chance » ou « Que tous les signes auspicieux viennent en ce milieu ». Cela peut aussi vouloir dire « que la vie vous soit douce » (Wikipédia)

LES DIMENSIONS DU JOUR (II) (Lucien Becker)

belle association entre texte et image.

Arbrealettres


Illustration: Oskar Kokoschka 

LES DIMENSIONS DU JOUR (II)

Le vent veut faire éclater la ville
en jetant ses vagues et les forêts qu’il décime
contre les maisons qu’il prend pour des rochers,
contre les fenêtres où pas un rideau ne bouge.

Un volet s’ouvre et se rabat sans cesse
comme un oiseau qui tente de voler.
Tu serres ta jupe contre tes cuisses
de peur de n’être plus qu’un blanc noyau de chair.

Les hommes encouragent le vent presque de la voix
pour que ton corps soit nu bien au-delà de son linge.
Il a toute sa bouche sur toi et elle accède à ta peau
en un baiser qui te porte comme un fleuve.

Tu as la force de m’appeler pour te défendre
mais les mots que tu dis ont le poids
de ceux que du fond de nos étreintes tu laisses monter
comme des bulles de feu qui…

View original post 14 mots de plus